vendredi 4 février 2011

Laïcisation ou islamisme

La révolution dans le monde arabe, commencée en Tunisie, l’appelle à décider de son avenir. Veut-il continuer à accentuer davantage la spirale ascendante de l’islamisme ou veut-il choisir la route de la laïcité ?

Nous, démocrates, nous réjouissons de la chute des gouvernements bâtards et dictatoriaux qui s’annonce, du Maghreb au Moyen-Orient. Il est temps que chutent ces régimes qui règnent dans la terreur et la corruption, manquent à leurs devoirs et imposent la force pour se tenir en place. Il est temps que tous les arabes puissent bénéficier de liberté, de transparence politique, d’élections ouvertes et libres et d’institutions qui les respectent, les consultent et leur donnent des mesures économiques et sociales justes et équitables.

Le nouvel espoir du monde arabe fait craindre ses dirigeants. La police secrète de Moubarak sème la terreur, la police de Bouteflika n’arrive pas à éteindre la flambée contestataire des Algériens, les Jordaniens s’élèvent contre leur roi même s’il a limogé son premier ministre, la Syrie bougeotte, le gouvernement du Yémen est en danger. Partout, ailleurs, les remous se font sentir. On peut penser que si l’Égypte tombe, le reste suivra vite.

Malgré ces changements inespérés et tant attendus, plusieurs dirigeants occidentaux craignent les renversements de ces systèmes politiques. Par exemple, le PM Harper du Canada d’Harper est partagé entre la politique américaine et celle d’Israël, à qui il est vendu, qui veut maintenir Moubarak. D’autres, qui ne voient que les islamistes fondamentaux dans leur soupe, croient en la possibilité d’une prise de pouvoir de ces derniers. Ils identifient les Frères musulmans égyptiens au Hamas et à l’Hezbollah. Ils se rappellent l’élection libre de 1990 en Algérie où le Front Islamique du Salut (FIS) a été élu (il a été empêché de gouverner et ses dirigeants ont été emprisonnés par l’armée).

Pour eux, qu’importe si les 85 millions d’Égyptiens et Égyptiennes vivent dans la dèche et que 40% n’aient pas d’éducation, qu’importe si les 300 millions d’arabes de cette partie du monde subissent des dictatures qui minent leur vie. Ce qui compte, c’est de combattre une poignée d’islamistes.

Il me semble clair, et un très grand nombre d’observateurs le disent, que les révolutions tunisienne et égyptienne ne sont pas le fruit des islamistes mais celui du peuple tout entier, et particulièrement des jeunes. Ce sont ces derniers qui empêcheront les islamistes fondamentalistes de venir gâter le changement vers la démocratie dont ils rêvent et ont besoin.

J’ai travaillé durant sept ans en Algérie et j’ai connu un très grand nombre d’Algériens dont beaucoup de jeunes. Je n’ai presque jamais constaté chez ces derniers des sentiments antioccidentaux, de la violence, du dogmatisme, de la haine de l’autre, du non-respect des femmes... Pourtant, je les ai trouvés souvent frustrés devant la condition dans laquelle ils se retrouvaient, choqués, blessés et désespérés de ne pouvoir rien faire de leur vie. Je les voyais grandir debout aux coins des rues, sans argent, sans emploi et sans espoir, d’année en année. Plusieurs, mais pas tous, trouvaient dans la prière un refuge, dans l’Islam la solution. Mais elle n’est pas venue.

Par contre, la télévision, l’internet, les communications, les développements technologiques leur ont fait connaître la qualité de vie, la liberté et le potentiel d’un développement personnel qui existent de l’autre côté de leurs frontières, du côté de l’Occident où est la démocratie. Ils en avaient le goût et espéraient un miracle, et voilà que les Tunisiens leur ont montré le chemin. Ils sont maintenant encouragés, motivés et prêts à tout faire pour enfin se sortir des méandres interminables où ils se trouvent et obtenir leur part de cette qualité de vie. Ils ne laisseront pas les fanatiques religieux de leur pays leurs enlever cette opportunité.

Le cœur et la raison dictent aux arabes que la démocratie est la solution. Ils sont prêts à y accéder, à moderniser à leur façon leur pays et même à participer, comme leurs ancêtres, au développement universel.

Ils savent que leur prochain gouvernement ne peut être islamiste car ce serait limiter « la tolérance mutuelle entre majorités et minorités d’origines différentes, la liberté de conscience de chaque citoyenne et chaque citoyen, l’égalité des droits, notamment entre hommes et femmes ». Ils comprennent que la laïcité permettra d’atteindre ces objectifs.

Nous sommes témoins actuellement d’une révolution tsunamienne du monde arabe. Cela est aussi important que le fut le renversement du communisme en Russie et en Europe de l’Est des années ‘90. Ce sont des moments qui libèrent les peuples et changent profondément le monde.

Claude Dupras

5 commentaires:

J a dit…

Bonjour Claude,

Oui, c'était bien nécessaire de fire le grand nettoyage et maintenant il faut espérer que les islamistes n'en profiteront pas car alors ce serait pire pour nous. Mais je pensen et j'espère que ton raisonnement sera le bon

Mansour a dit…

Cher ami,
La reaction de toutes les masses medias occidentales et meme de tout l'appareil politico-culturel occidental vis a vis des evenements que l'egypte vit a ce jour me force a te soulever une nouvelle recherche politique pour au moins comprendre l'evolution de tous les mouvements politiques islamistes a travers non seulement le monde arabe mais a travers toute la communaute musulmane a travers le monde.
Si on veut croire les anayses occidentales, tout le monde occidental accepterait le depart de Moubarak, mais ce beau monde voit ce depart comme un grand danger pour Israel en particulier et les usa tout simplement parce que le parti des freres musulmans risquent de prendre le pouvoir en egypte. Mais quelle a ete l'histoire du mouvement des freres musulmans egyptiens depuis la lutte egyptienne contre l'imperialisme anglais.
Je ne suis pas un historien mais je sais tout de meme que ce mouvement issu tout d'abord d'un mouvement religieuxla grande mosquee d'El Azhar avait en fait comme objectif d'amener la religion musulman a l'heure des revolutions culturelles qui ont construit l'europe et tout l'occident dans les siecles 18,19 20.La revolte culturelle de Djamaa El Azhar du 20me siecle etait en fait du meme moule que celle des protestants en europe. Les erudits musulmans egyptiens voulaient a tout prix sortir les mosquees des idees moyen ageuseuses et moderniser cette religion. N'est ce pas un hasard que l'un des premier objectifs des erudits egyptiens etait en fait l'education de toutes les femmes musulmanes. Mieux encore ce mouvement a essayer pendant plus d'un siecle d'introduire les principes memes que toute le monde occidental defend a corps et a cris, surtout pour soit disant noircir l'image meme de tous les mouvements politiques musulmans, quelques soient leurs veritables intentions. 

Mansour a dit…

Le mouvement des freres musulmans en egypte a ete un grand levain pour la resurgeance du nationalisme egyptien. Meme si ce nouveau souffle politique arabe etait encre autour des mosquees et des universites islamique, a aucun moment il a prone la construction d'un regime politique base uniquement sur les lois musulmanes du passe. Bien  au contraire, l'objectif fondamental de ce mouvement etait en fait de promouvoir les droits de tous les citoyens egyptiens sans pour autant promouvoir un regime islamiste dictatoriel a l'image des ayathollas de l'iran. Les freres musulmans egyptiens ont toujours essayer de defendre les droits des individus et la pluralite politique de ce pays. Et c'est a cause de cela que ce mouvement a ete sauvagement combattu par le regime de Nasser tout d'abord et le regime de Moubarek aujourd'hui.
Et comme toujours aujourd'hui tout le monde occidental est effraye par la perspective d'une egypte dirigee politiquement par les freres musulmans tout simplement parce que ces islamistes sont contre Israel et son expansion a travers tout les territoires arabes.Cette obsession de la protection d'israel a tout prix a tainte la presentation occidentale de l'evolution des masses arabes du moyen orient. 
A mon avis le comportement de tout le monde occidental vis a vis du moyen orient est de decrire tout mouvement populaire arabe comme une attaque  contre nos valeurs soit disante democratiques occidentales, alors que les freres musulmans egyptiens ont depuis des decenies ont demontre par leur action qu'ils defendaient en fait les valeurs morales et universelles que le monde occidental pretend defendre et promouvoir. Mais malgre tout cela, la crise actuelle en egypte nous prouve une fois de plus que ce n'est pas vraiment l'avenir du peuple egytien qui nous interesse mais plutot les interets immediats du monde occidental et d'israel. A ce jour les freres musulmans egyptiens continuent a demander une aire democratique en egypte ouverte a toutes les tendances politiques de ce pays, de l'extreme droite a l'extreme gauche. Malgre ce comportement de ce mouvement socio-politique egyptien on ne finit pas d'entendre les masses medias occidentales du danger de l'arrivee au pouvoir d'un regime islamiste en egypte. N,est il pas temps pour tout le monde occidentale de reflechir aux possi bilites d'une democratie dans le monde arabe  comme  ce qui s'est passe en Turquie par exemple plutot que de continuer que de definir tous les mouvements islamistes comme des sujets du mouvement extremiste d'al quaida. 

Liane a dit…

Je suis pour la laïcisation, mais comment en arriver là? Ça libèrerait les femmes de l’autorité des hommes qui n’ont jamais connu autre chose. Et les femmes seraient-elle prêtes à se vêtir à la mode contemporaine? Ce serait un changement de vie radical que tous ne sont sûrement pas disposés à accepter. Pourquoi pas un islamisme plus tolérant et qui aurait de grosses chances d’être accepté par la majorité.
Les manifestants ne sont pas sans penser à l’avenir de leur pays et ont-ils seulement considéré les effets de leur opposition au présent gouvernement qu’ils souhaitent renverser et avec raison. Qu’arrivera-t-il après? Ils doivent aller jusqu’au bout de leur lutte afin de pouvoir connaître la liberté d’agir et de penser sans se faire abattre.

Liane a dit…

À bien y penser, on ne change pas de religion comme d’un vieux vêtement. Chez nous, on a effectué des changements et ça me blesse. La laïcisation est commencée ici. Où est le bon sens, on ne respecte pas notre religion et on respecte celle des émigrés.