vendredi 1 juillet 2016

Andrée Gauvin, une championne


Notre amie Andrée Dalcourt Gauvin est décédée. Elle a été l’épouse de feu le Dr Pierre Gauvin.
Cette fille de Louiseville est devenue une femme merveilleuse, agréable, dévouée qui a grandement aidé les québécois. Jeune infirmière diplômée de l’hôpital Notre Dame, elle y travaille deux ans et devient infirmière soignante à l’hôpital de Louiseville. Elle est intriguée par les craintes souventes fois exprimées par des personnes âgées sur leur fin de vie. « Qu’est-ce que je voudrai en fin de vie, et de quoi aurai-je besoin ? Est-ce que j’aurai de la douleur, et aurai-je besoin de médicaments pour soulager mes symptômes ? Mes proches et amis sauront-ils mes volontés ? Quels sont les types d'aide à ma disposition ? Si je tombe malade, vais-je me sentir comme un fardeau pour les autres ? Quelles décisions aurai-je à prendre ? ». Elle décide d’y dédier sa carrière.
Andrée a alors moins de trois ans d’expérience comme infirmière et seulement deux ans comme volontaire aux soins palliatifs de l’hôpital Royal Victoria de Montréal, largement anglophone. Elle affirme : « Il semble y avoir une notion que les mourants sont une menace aux vivants et qu’ils ne méritent pas le même genre d’attention ». 
Presque seule, elle s’attaque à cette perception et réussit à la faire changer au Québec et même en Europe. En 1979, elle convainc, avec un collègue, la direction de l’hôpital Notre Dame de Montréal d’installer une unité de soins palliatifs (USP). À ce moment-là, il n’existe pas de tels services pour les malades en phase terminale au Québec et même ailleurs, dans le monde francophone. Elle participe à l’élaboration des politiques de soutien des malades et à leur diffusion au Québec, au Canada et dans plusieurs pays d’Europe.
Co-fondatrice de l’unité USP, Andrée passe ses jours à former son personnel, à rencontrer les patients et les membres de leurs familles avec toujours un air joyeux, une bonne humeur, son beau sourire, appelant chacun par leur prénom car, explique-t-elle, « cette période finale de la vie ensemble à autant rapport à la vie qu’à la mort ». L’unité connaît un rayonnement tel qu’elle entraîne la création de centres semblables dans tout le Québec et en Europe.
Pour financer la nouvelle unité, elle co-fonde PalliAmi, en 1981, un organisme pour fournir le soutien financier essentiel à l’USP de l’Hôpital Notre Dame.  
Puis, Andrée devient de plus en plus reconnue comme une pionnière et une experte dans ce champ d’action. Tout évolue soudainement très rapidement et elle reçoit régulièrement des invitations pour aller conseiller et instruire du personnel médical en France, en Suisse et en Belgique, tant pour leurs organisations que pour la formation des professionnels de la santé et des bénévoles. Elle accepte et se révèle une consultante hors pair à l’échelle internationale. 
En reconnaissance de ses efforts, le gouvernement français, qui normalement n’honore que ses propres citoyens, lui accorde un de ses grand honneurs, chevalier de l’Ordre National de la Légion d’Honneur, en 1993.
Entre temps, Andrée communique sa passion pour son œuvre par des publications et par de nombreux colloques, conférences et séances de formation dans le monde. Elle est la co-auteure avec Roger Rénier, d’un livre en 1992 « L’accompagnement au soir de la vie : le rôle des proches et des bénévoles auprès du malade » et elle récidive en 1994 avec « Vouloir vivre : les luttes et les espoirs de malades ».
Elle siège à de nombreux comités scientifiques, à des congrès de soins palliatifs au niveau des provinces et du Canada pour veiller à ce que ces congrès répondent aux besoins des bénévoles en matière de formation.  
Enjouée, mère de trois enfants avec son mari ophtalmologiste, Andrée explique que sa plus grande satisfaction est sa présence à « l’ultime école de la vie ». « Le focus », dit-elle, « n’est pas sur la mort, mais sur la façon de vivre l’expérience finale de la vie. On apprend qu’il y a une richesse et une beauté même dans les plus petits évènements de chaque jour ». Dans ses visites régulières aux patients et à leur famille, elle fait la promotion de la notion que chacun d’eux doit se ressentir le plus possible comme à la maison et qu’elle et son équipe, de plus de 40 volontaires, doivent être considérés comme des membres de la famille. « Ne contrarier jamais ou ne prodiguer pas de faux espoirs à un patient » répète-t'elle.  
Son travail a clairement influencé son attitude face à la vie. Elle a appris à croire fermement que « la vie, jusqu’à la fin, doit être célébrée ». Et c’est ce qu’elle fait dans sa vie personnelle. Elle joue au tennis toute l’année, skie en hiver et se dévoue totalement à son jardin l’été. Elle aime passionnément la danse et votre humble serviteur a le plaisir souventes fois d’être son partenaire. Inoubliable !
Malgré son dynamisme, elle avoue « je dois m’éloigner plusieurs fois par an, mettre mon travail de côté et recharger mon esprit ». Mais chaque fois, Andrée revient pleine d’énergie pour rappeler aux autres qu’au moment où la mort approche, les joies de la vie deviennent plus précieuses.  
En plus de la Légion d’honneur, Andrée Gauvin est inscrite au Honor roll du magazine Maclean’s en 1995 et la même année le journal La Presse la choisit Personnalité de la semaine. En 1996, c’est la revue L’actualité qui la classe parmi les Grands et l’année suivante le gouverneur Général du Canada lui remet l’Ordre du Canada dans une cérémonie à Rideau Hall. En 2003, l’Association canadienne des soins palliatifs reconnaît son grand mérite et lui accorde le Prix d’excellence. Finalement, en 2005, le Québec la nomme Chevalier de son Ordre national.
Nous lui devons en grande partie les progrès faits dans le domaine des soins palliatifs au Québec où elle a toujours été une source constante d’inspiration et d’exemple pour ses collègues et un grand nombre de professionnels de la santé.
Cette femme aimable et rieuse qui aimait la vie a su bien servir le monde. Une femme rare qui a œuvré constamment pour aider les malades. Elle n’a jamais recherché les honneurs mais ses contemporains ont reconnu sa motivation et l’excellence de son œuvre.
Merci Andrée Gauvin, Merci. Tu auras passé près de 30 ans de ta vie à accompagner des gens en fin de vie. Tu as été une grande parmi les grandes. Une championne.

Claude Dupras  

14 commentaires:

Anonyme a dit…

Merci Monsieur Dupras pour ce très bel hommage à ma mère qui la représente si bien!
Nous apprécions beaucoup votre geste.

Ses enfants, Yves, Serge et France.

Claude Dupras a dit…

Bonjour Yves, Serge et France

Mon épouse Manon et moi avons eu le grand privilège de connaître vos parents et de devenir leurs amis.

Le travail exceptionnel qu'à fait Andrée pour les personnes en fin de vie nous a toujours impressionné. C'est une très grande Québécoise.

Veuillez accepter nos sincères condoléances dans ces moments difficiles.

Bien à vous

Claude Dupras

Michel D. a dit…

Merci Claude ... Ta sensibilité à ces personnages ne m'étonne plus du tout. Tu est un brin comme eux autres ...

Michel

Anonyme a dit…

Merci pour ce bel hommage. Elle est maintenant auprès de Pierre, Raymonde et Vincent
Les funérailles sont samedi le 9 juillet.
Christine C.

Jacques C. a dit…

Merci Claude,

Je ne connaissais pas cette personne d'exception.

Jacques C.

Michel de G. a dit…

Merci Claude
Ses vues sur 'l‎'aide à mourir'?
A++
M.deG.

André Dub. a dit…

à cette madame Gauvin. Bravo à elle

André D.

Anonyme a dit…

Bonjour Claude. Comme c'est maintenant ton habitude, tu nous fais connaître des grands bâtisseurs. Je ne connaissais pas l'épouse du Dr Gauvin. Merci pour ces données, et, continue à nous épater par tes reportages.

Dr.Raymond G.

Anonyme a dit…

Merci M. Dupras

Nous aimions tous Andrée Gauvin. Quelle femme !

Guy MacDo.

Anonyme a dit…

Une femme exceptionnelle!

Petite anecdote des années60:
Apres un cocktail à la maison, une de mes filles me dit: Maman , après madame Gauvin
c`était toi la plus belle

Adieu Dédée(comme disait Pierre)
Tu vas tellement nous manquer.

Anonyme a dit…

Suzanne S. avait oublié de signer l'anecdote.
Voilà, c'est fait.

Anonyme a dit…

J’ai tellement de beaux souvenirs de mes parents qu’on m’a dits mille fois et que je sais exceptionnels. Des parents généreux et qui nous aimaient à l’infini.

J’ai tellement de beaux souvenirs de jeunesse au chalet avec mes parents et leurs amis dont vous faisiez partie Monsieur Dupras. Des fêtes que je n’oublierai jamais, les party de voiles avec le Commodore. Merci!

Serge Gauvin

Rober Lucky a dit…

Une famille recherche de tout urgente un Chauffeur Privé (porteur d'un permis 😎 , un Babysitter , et une Ménagère et recherche aussi un homme ou une femme
disponible immédiatement pour travailler sur une durée de 8 semaines. Merci de bien vouloir contacter ce mail: kouletiodeogratias1@gmail.com

Rober Lucky a dit…

OFFRE DE PRÊTS
Aide les personnes en difficulté dans le secteur bancaire,
Sur tout venant d'horizons divers, qui ont besoin de prêts d'argent entre particuliers pour faire face à des difficultés financières que vous avez pour enfin sortir de l'impasse provoquée par les banques, par le rejet de votre demande de crédit des fichiers. Je suis une personne capable de faire un prêt au montant dont vous avez besoin et avec des conditions très abordables pour plus d'informations veuillez me contacter par e-mail : roberlucky82@gmail.com